Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


O carrefour du Temple[1] vins,
Où je bui plain henap de vin
Pour ce que moult grant ſoif avoie.
Adonc me remis à la voie,
La rue de l’Abbéïe-du-Bec
Helouin[2] trouvai par abec ;
M’en alai en la Verrerie[3],
Tout contre val la Poterie[4].

    religieux qui s’établirent dans le temple portaient de petits scapulaires appelés billettes.

  1. Ce carrefour devait se trouver sur un point quelconque de la rue du Temple.
  2. De la rue de la Verrerie à l’enceinte.

    Elle devait son nom à l’abbaye de N.-D.-du-Bec-Hellouin, qui avait sa barre de justice dans cette rue. Appelée plus tard Barre-du-Bec, elle a été réunie en 1852 à la rue du Temple.

  3. De la rue du Bours-Tibout à la rue St.-Martin.

    Elle tirait son nom d’un verrier qui y possédait une maison. La partie comprise entre les rues du Temple et Saint-Martin s’est appelée, au quatorzième siècle, rue Saint-Mesri.

  4. De la rue de la Viez-Tiesseranderie à la rue de la Verrerie.

    Elle tirait son nom du genre d’industrie qu’on y exerçait.