Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


En contre eſt la rue Clopin[1],
Et puis la rue Traverſainne[2],
Qui ſiet en haut bien loins de Sainne.
En prèz eſt la rue des Murs : [3]
De cheminer ne fu pas mus

    a pour origine un individu du nom de Petrus de Bordellis qui y habitait ; cette hypothèse nous paraît inadmissible, car le nom de Vicus Bordellarum est plus ancien que le personnage en question.

    Le nom de la rue de la Porte Saint-Marcel, que Guillot donne à cette rue, lui vient de ce qu’elle conduisait à la porte de ce nom. Depuis 1809, elle se nomme rue Descartes.

  1. De la rue des Murs à l’enceinte.

    Cette rue doit son nom à un logis appelé Grande maison Clopin. Elle fut appelée un moment rue du Champ-Gaillard, en raison de ce qu’elle était habitée par des femmes débauchées.

    Depuis elle a repris son nom primitif.

  2. De la rue Sainte-Geneviève-la-Grant à la rue des Murs.

    Cette rue, qui s’est appelée aussi Traversière. s’appelait en dernier lieu Traversine. Elle a disparu lors de l’agrandissement des bâtiments de l’École Polytechnique.

  3. De la rue Saint-Vitor à la rue Clopin.

    Le nom de rue des Murs venait de ce que cette voie publique longeait l’enceinte. Au seizième siècle,