Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Où l’en chengle ſouvent des cois,
La rue Gerveſe-Lorens[1]
Où maintes dames ygnorens,
Y maingnent qui de leur quiterne ;
En près rue de la Lanterne[2] ;
En la rue du Marmouſet[3]
Trouvai i homme qui mu fet
Une muſe corne bellourde.
Par la rue de la Coulombe[4]
Alai droit o port Saint-Landri[5] ;

  1. De la rue de la Lanterne à la rue de la Draperie.

    Ce nom vient sans doute d’un particulier qui habitait la rue.

  2. De la Saine (bras du nord) à la rue de la Draperie.

    Cette rue, appelée antérieurement rue du Pont-Notre-Dame, rue de la Juiverie, prit le nom de rue de la Lanterne à l’époque où vivait Guillot. C’est actuellement une section de la rue de la Cité.

  3. De la rue de la Coulombe à la rue de la Lanterne.

    Cette dénomination vient d’une maison, dite des Marmousets, qui se trouvait en cette rue. Elle a été absorbée par les constructions du nouvel Hôtel-Dieu.

  4. De la Saine (bras du nord) à la rue du Marmouset.

    Ce nom lui vient sans doute d’une enseigne.

  5. De la Saine à la rue du Marmouset.

    C’était anciennement le Port-Notre-Dame ou le