Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Là demeure Guiart-Andri :
Femmes qui vont tout le cheves
Maingnent en rue du Chevés[1]
Saint-Landri eſt de l’autre part,
La rue de l’Ymage[2] départ
La ruele[3], par Saint-Vincent,
En bout de la rue deſcent
De Glateingni[4], ou bonne gent

    Port-Saint-Landri, et la rue du Fumer, Le nom de rue Saint-Landri lui vient de l’église de St.-Landri.

  1. De la Saine à la rue du Marmouset.

    Ce nom lui vient de ce qu’elle passait derrière l’église de Saint-Landri. Elle forme actuellement une section de la rue d’Arcole.

  2. De la Saine à la ruelle.

    Cette rue est probablement la rue du Milieu des Ursins, qui n’existe plus aujourd’hui.

  3. De la rue Saint-Landri à la rue de Glateingni.

    C’est probablement la rue Haute des Ursins, absorbée, comme la précédente, par les constructions du nouvel Hôtel-Dieu.

  4. De la Saine (bras du nord) à la rue du Marmouset.

    Ce nom lui vient d’une maison habitée par un sieur de Glatigny.

    Plus tard elle prit les noms de rue du Val d’Amour, de rue du Chevet de Saint-Dénis de la Chartre et de rue