Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Maingnent & dames o cors gent
Qui aus hommes, ſi com moi ſemblent,
Volentiers charnelment aſſamblent.
La rue Saint-Denis-de la-Chartre[1],
Où pluſeurs dames en grant chartre
Ont maint vis en leur con tenu
Comment qu’ils ſoient contenu.
En ving en la Peleterie[2] ;
Mainte penne y vi eſterie.
En la faute du pont m’aſis ;

    d’Enfer. Elle a repris plus tard la dénomination de rue de Glatigny, qu’elle a conservée jusqu’à sa disparition.

  1. De la rue de Glateingni à la rue de la Lanterne.

    Cette voie publique, antérieurement appelée rue Neuve-Saint-Denis, prit le nom que lui donne Guillot parce que l’église Saint-Denis-de-la-Chartre y était située. Le nom de rue du Haut-Moulin, qu’elle a porté jusqu’en 1865, époque de sa disparition, lui venait des moulins situés sur le bord de la Seine.

  2. De la rue de la Lanterne à la grant Bariszerie.

    Philippe-Auguste avait cédé des propriétés sises dans cette rue à des pelletiers, qui exerçaient leur industrie le long de la rivière. De là le nom de cette rue, absorbée plus tard par le quai Desaix.