Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Trouvai la rue des Eſcus[1] ;
Un homs a granz ongles locus
Demanda : Guillot, que fes-tu ?
Droitement de Chaſtiau Feſtu[2]
M’en ving à la rue à Prouvoires[3],
Où il a maintes pennes vaires ;
Mon cuer ſi a bien ferme veue.
Par la rue de la Croiz-Neuve[4]

  1. De la rue a Prouvoires à la rue des Estuves.

    Au quinzième siècle, cette rue se nommait rue Traversaine et rue de la Hache.

  2. De la rue a Descarcheeurs à la rue de l’Arbre-Sel.

    Ce nom provenait d’une maison nommée le Chastiau-Festu. Cette voie publique, dont une section a été appelée plus tard rue de la Chausseterie, fait maintenant partie de la rue Saint-Honoré.

  3. De la rue de Chastiau-Festu à la rue de la Crois-Neuve.

    Ce nom, corruption de Provoires, et dont on a fait Prouvaires, signifiait prêtres en vieux langage. Les prêtres de Saint-Eustache demeuraient en ce lieu.

  4. De la rue Monmatre à la rue Raoul-Roissole.

    Elle n’est indiquée sur aucun plan ; elle devait être située derrière l’église Saint-Eustache.