Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ving en la rue Raoul-Roiffole[1],
N’avoie ne plais ne ſole.
La rue de Monmatre[2] trouvé ;
Il eſt bien ſeu & prové
Ma voie fu délivre & preſte.
Tout droit par la ruele e Preſtre[3]
Ving à la pointe Saint-Huitaſſe[4].

  1. De la rue de la Crois-Neuve à la rue Monmatre.

    Ce nom vient d’un particulier. Plus tard, la rue prit le nom de rue du Séjour, parce que Charles V y avait une habitation appelée le Séjour du Roi. Le nom s’est altéré depuis ; et de rue du Séjour, on a fait rue du Jour.

  2. De la pointe Saint-Huitasse à l’enceinte.

    Ce nom venait de ce que la rue aboutissait à un chemin conduisant à Montmartre. Elle était très courte alors ; la porte Montmartre se trouvait un peu au-dessus de la rue Raoul-Roissole.

  3. De la rue Monmatre à la rue du Four.

    Cette voie publique, appelée aussi ruelle au Curé, devint, plus tard, rue de la Barillerie, rue devant Saint-Eustache, et, enfin, au seizième siècle, rue Traînée. Actuellement elle fait partie de la place de la pointe Saint-Eustache.

  4. Devant l’église Saint-Huitasse.

    Le nom de pointe donné à cette place vient de ce que l’extrémité du clocher a une forme pointue.