Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Droit & avant ſui ma trace
Juſques en la Tonnelerie[1],
Ne ſui pas cil qui trueve lie.
Mais par devant la Halle-au-Blé[2]
Où l’en a mainte foiz lobé,
M’en ving en la Poiſonnerie

  1. De la rue de Chastiau-Festu à la pointe Saint-Huitasse.

    Ce nom vient de ce que des marchands de futailles étaient venus s’établir dans cette rue. Au seizième siècle elle devint la rue des Toilières, parce qu’elle était habitée par des marchands de toile. Elle s’appela aussi rue des Grands-Piliers-des-Halles. Elle a repris le nom de rue de la Tonnellerie et l’a gardé jusqu’en 1866, époque à laquelle elle a été absorbée par la rue du Pont-Neuf.

  2. Devant la pointe Sainî-Huitasse.

    La Halle au Blé demeura en cet endroit jusqu’en 1755, époque à laquelle elle fut transférée sur l’emplacement de l’hôtel de Soissons.