Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Entrai, où je vis mainte piaus
Metre en conroi, & blanche & noire ;
Puis truis la rue Perrenele
De Saint-Pol[1], la rue du Plaſtre[2],
Où maintes dames leur emplaſtre
A maint compaignon ont fait batre
Ce me ſamble pour eulz eſbatre.
En près eſt la rue du Puis[3].
La rue à Singes[4] après pris ;

  1. Dans la rue des Blans-Mantiaus.

    Plus tard, cette rue devint la rue Piquet, du nom d’un individu qui y possédait une maison. Elle est devenue depuis, par altération, le passage Pecquay.

  2. De la rue vers la Porte du Temple à la rue de l’Abbéïe-du-Bec-Helouin.

    Appelée antérieurement Jehan-Saint-Pol, elle a pris, au treizième siècle, le nom que lui donne Guillot et qu’elle porte encore.

  3. De la rue de la Bretonnerie à la rue des Blans-Mantiaus.

    Elle doit son nom à un puits public qui y était établi depuis 1267. Elle s’est appelée, au seizième siècle, rue de la Fortune.

  4. De la rue de la Bretonnerie à la rue des Blans-Mantiaus.

    Anciennement rue Pierre-d’Estampes, cette rue