Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Rue Pierre-o-Lart[1] ſiet près,
Et puis la Bouclerie[2] après :
Ne la rue n’oublige pas
Symon-le-Franc[3]. Mon petit pas
Alai vers la porte du Temple[4]
Penſis ma main de lez ma temple.
En la rue des Blans-Mantiaus[5]

  1. De la rue Neuve-Saint-Mesri à la rue de la Bouclerie.

    Cette rue a été formée par la réunion des rues Espaulart et Pierre-Oilard ; le nom que lui donne Guillot est une corruption du dernier.

  2. De la rue Neuve-Saint-Mesri à le rue Symon-le-Franc,

    Devenue rue de la Baudroierie, elle prit, plus tard, la dénomination de rue du Poirier, qu’elle porte encore.

  3. De la rue de l’abbéïe du Bec-Helouin à la rue Biaubourc.

    Sa dénomination lui venait d’un particulier.

  4. Cette porte était située au bout de la rue du Chaume. Guillot semble désigner ici non-seulement la porte, mais aussi la rue qui y conduit.
  5. De la rue vers la Porte du Temple à la rue de l’Abbéïe-du-Bec-Helouin.

    Cette rue était désignée aussi sous le nom de rue de la Parcheminerie.