Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, I.djvu/401

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



AGONIES [1].
PENSÉES SCEPTIQUES.
——
À MON AMI
ALFRED LE POITTEVIN
CES PAUVRES FEUILLES SONT DÉDIÉES
PAR L’AUTEUR.

BIZARRES COMME SES PENSÉES, INCORRECTES COMME L’ÂME,
ELLES SONT L’EXPRESSION
DE SON CŒUR ET DE SON CERVEAU.
——

Tu les a vues éclore, mon cher Alfred, les voilà réunies sur un tas de papier. Que le vent disperse les feuilles, que la mémoire les oublie, ce méchant cadeau te rappellera nos vieilles causeries de l’an passé.

Sans doute ton cœur se dilatera en te ressouvenant de ce suave parfum de jeunesse qui embaumait tant de pensées désespérantes, et si tu ne peux lire les caractères qu’aura tracés ma main tu verras couramment dans le cœur qui les a versés.

Maintenant je te les envoie comme un soupir, comme un signe de la main à un ami qu’on espère revoir.

Peut-être riras-tu plus tard, quand tu seras un homme marié, rangé et moral, en rejetant les yeux sur les pensées d’un pauvre enfant de seize ans qui t’aimait par-dessus toute chose et qui déjà avait l’âme tourmentée de tant de sottises.

20 avril 1838.
Gve Flaubert.

  1. Avril 1838.