Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, I.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


meurtrir tes seins ! Je sais bien, tu ne m’as jamais rien fait, tu es eut-être meilleure qu’une autre, mais enfin tu me déplais, je te souhaite du mal, c’est un caprice. D’abord, pourquoi pleurer toujours ? avoir un air si sombre, une démarche si déplaisante, une tournure qui me fait bisquer enfin ? Et puis, toujours geindre et se lamenter ! Eh bien, morbleu ! pourquoi ne t’en vas-tu pas d’avec nous ? car nous te nourrissons et ce n’est jamais pour toi qlue nous recevons de l’argent. Tes enfants, dis-tu ? E bien, le bureau les ramassera bien ; moi, à ta place, ’¢ ferais la vie, au moins... Ah ! non, t’es trop laide ! Ofxl mais, quand je vois tes yeux de chat à travers ton masque, qué figure qui me cléplaîtl ll quitta son air en colère et partit en riant aux éclats. lsabellada, épuisée, demanda à Pedrillo à s’en aller, et en quittant le bal elle s’appuya sur son bras langoureusement, laissa voir sa gorge décolletée et son dos couvert d’une odeur odori érante. On l’applaudit encore. VIII Pedrillo, en effet, laissa seule Marguerite et alla du côté de la ménagerie. lsambart les laissa tranquilles, se coucha vite et ne se réveilla que le lendemain, à. 1 heure d’après-midi. Le domino noir ôta son masque qui étouffait, et resta le coude appuyé sur la table, regardant brûler la chandelle, et enfoncée dans les souvenirs du bal. Les paroles d’lsambart lui revenaient à l’esprit, elle entendait son rire éclatant, perçant à travers son masque. C’était le souvenir de la danse d’lsabellada qui lui A faisait mal, tous ces V H V’ssements pour une autre, ’ a·’ Ã /V/grill 7 î’v É liîî i j " · Y ’ ’ I I " <’ïf’}$}ïîr"