Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/285

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Damis. Je n’en sais rien. Désignant Apollonius. C’est lui qui règle tout, je le suis où il voudra.

ANTOINE.

Qui êtes-vous donc ? Damis. Nous sommes de curieux philosophes qui voyageons par toute la terre, nous lisons les inscriptions sacrées sur les tombeaux, nous étudions les fleurs sur les rivages, nous dormons sous les arbres et nous marchons toujours droit devant nous, du côté du soleil.

ANTOINE

se rapprochant de Damis. Comment l’appelez-vous, cet homme qui a l’air si grave ? Damis. C’est Apollonius. Antoine fait un geste d’ignorance. Apollonius, vous dis-je ! Plus fort. Apollonius de Thyane, encore une fois !

ANTOINE

naïvement. Je n’en ai jamais entendu parler. Damis en colère. Comment ! Jamais ? Un sage comme lui ! Souriant tout à coup. Ah ! Je vois bien, brave homme, que vous ignorez complètement ce qui se passe dans le monde.