Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/452

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il cherche de côté et d’autre. Il appelle : Kaiomors ! Meschia ! Meschiané ! Silence. Mes trois fils ne sont donc pas venus ? La Mort. Lesquels ? Zoroastre. Le premier d’abord, qui devait arrêter le soleil dix jours et dix nuits, et convertir à la loi la seconde partie des hommes. La Mort. Non. Zoroastre. Et le second, qui, quatre siècles après, devait arrêter le soleil vingt jours et vingt nuits, et convertir à la loi la troisième partie des hommes. La Mort. Non. Zoroastre. Et le troisième, qui, à la fin des siècles, devait arrêter le soleil trente jours et trente nuits, et convertir à la loi le reste des hommes. Le Diable. Non ! Zoroastre rêvant. Où sont-ils donc ? Le Diable. Nulle part. à la voix du diable, Zoroastre se retourne d’un bond. Ah ! C’est toi, Ahriman ?