Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/500

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ANTOINE.

Souriant.

Il est vrai ! Rien de ce qui ente les autres ne m’a séduit.

Il se remet en prières.

Le Cochon.

Je mire dans les étangs ma robuste figure. J’aime à me voir : j’ai les pattes minces, les oreilles longues, les yeux petits, le ventre gros.

LA VOIX.

Plus forte.

noë s’est enivré, Jacob a menti, Moïsea douté, Salomon a failli, Pierre a renié ; mais toi ?…

ANTOINE.

Avec quoi m’enivrerais-e ? à qui mentirais-je ?

Si je dutais, je ne serais pas là ! Moins que personne j’ai failli, et amais je n’ai renié le eigneur.

Le Cochon.

Sincèrement, je ne vois point de créature qui vaille mieux que moi.

Des ombres vagues apparaissent au fond de la scène, on entend des chuchotements. Le vent souffle, la lanterne se balance.

ANTOINE.

Se remet en prières.

Tu es bénie entre toutes les femmes !…

LA VOIX.

Répète : toutes les emme !…

ANTOINE.

Que ton nom…