Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/499

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ANTOINE
Tressaille.

Qui donc parle

Il écoute.

Eh non ! C’est moi qui pense !

LA VOIX.
Reprend :

… Bien haute, n’est-ce pas, et en relief pour qu’on puisse la saisir avec les mains ?

ANTOINE.

… N’es-tu pas l’amour de ceux qui n’ont point d’amour ?

LA VOIX.

Prie-la, Antoine, elle t’aimera. Vois, elle te fat signe.

L’image tremble.
ANTOINE.

Mais… elle a remué… ah ! C’est e vent peut-être !

LA VOIX.

Le vent du soir, qui souffle des mer chaudes…

ANTOINE.

Maudit soit-il, s’il amollit le cœur du solitaire !

LA VOIX.

Comment ? N’es-tu pas humble, chaste, fort ?

ANTOINE.

Moi ?

LA VOIX.

Oui, tu as dédaigné toutes les joies, les festins, les femmes, le tumulte des chars et la popularité.