Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/516

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Dieu, le père et l’esprit qui sont ce même dieu ont donc souffert.

Ils s’avancent.

ANTOINE.

Recule.

Non ! Non !

Toutes Les Hérésies.

Qu’est-ce donc que Dieu ?

ANTOINE.

Rêvant.

Dieu ?… Audius.

De sa substance indéfinie, il a tiré les mondes avec les âmes. C’est un grand esprit qui a un corps.

ANTOINE.

Laissez-moi ! Laissez-moi !

Les Hérésies.

Qu’est-ce donc que l’âme ?

ANTOINE.

Rêvant.

L’âme ?… Les Tertullanistes.

Elle est faite de flamme et d’air. Elle réside en un corps, elle occupe un lieu, elle sent dans la géhenne une intolérable douleur sur la langue. Mais l’esprit n’a ni siège ni lieu. Il est étranger à la peine comme au plaisir. Dieu seul est donc immatériel et l’âme est bien un corps.

ANTOINE.

Un corps ! Qui a dit cela ?

Tertullien.

Le pallium sur le dos.

Moi !