Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/517

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ANTOINE.

Vous, illustre Septimus, qui poursuiviez tant les idolâtres !… et voilà même que vous êtes vêtu comme un philosophe stoïque !… Tertullien.

Oh ! J’ai écrit là-dessus un traité que tu aurais dû lire.

Les Hérésies.

C’est un païen ! Honni soit-il !

Tertullien.

Disparaissant.

Tu renies le maître ! Que toute clarté t’abandonne !

Les Hérésies.

Pressant toujours saint Antoine.

Nous ne t’abandonnons point, nous autres, nous restons !… qui était le Christ ? D’où venait sa chair ? était-elle humaine ou divine ?

ANTOINE.

Divine !

Se reprenant : humaine !

Les Hérésies.

Toutes à la fois : c’est vrai !… c’est vrai !

Les Apollinaristes.

C’était la chair du verbe et non la chair de Marie. Lui, l’esprit, avoir séjourné dans un ventre !

Les Antidicomaristes.

Pourquoi pas ?