Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/528

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Feu ! Allume-toi ! Saute, cours, ravage, purifie, sang d’Ennoïa, âme de Dieu même !

Une flamme blanche paraît à la surface du vase, s’en échappe, voltige de côté et d’autre et poursuit saint Antoine.

à la cour de Néron j’ai volé dans le cirque, et volé si haut qu’on ne m’a plus revu. Ma statue est debout dans l’île du Tibre. Je suis la force, la beauté, le maître ! Ennoïa est Minerve. Je suis Apollon dieu du jour ! Je suis Mercure le bleu !

Je suis Jupiter le foudroyant ! Je suis le Christ !

Je suis le paraclet ! Je suis le seigneur ! Je suis ce qui est en Dieu ! Je suis Dieu même !

ANTOINE.

Ah ! Si j’avais de l’eau bénite !

Le feu s’éteint. Ennoïa jette un cri aigu et disparaît avec Simon.

ANTOINE

haletant, regarde autour de lui.

Non !… plus rien !… ah !

Il s’essuie le front sur sa manche.

Oh ! Comme ces flammes couraient !… il ricane.

Allons donc ! Quelles illusions ! L’esprit de Dieu ne descend pas jusque-là ! Et l’âme une fois rivée au mal, il n’est plus, quoi qu’ils disent… cependant… si, par un effort suprême, elle secouait ce fardeau de la matière qui l’écrase… pourquoi ne remonterait-elle pas à Dieu ?… et alors… l’intervalle de la vie disparaissant… toutes les oeuvres qu’elle comporte se trouveraient indifférentes.

Aussitôt apparaissent les elxaïtes, couverts de grands manteaux violets et la figure cachée sous des masques de bêtes fauves.

Croyons ! Qu’importe le reste ! Mangez des viandes impures, si l’esprit a faim du verbe. Phinéas adora Diane et saint Pierre renia Jésus : car le martyre est impie et la convoitise de la souffrance une tentation du mal.

ANTOINE

répète : une tentation ?…