Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Antoine va répondre. Mais Hilarion lui dit tout bas que cet homme est l’immense Origène ; et
Manès
reprend :

D’abord elles s’arrêtent dans la lune, où elles se purifient. Ensuite elles montent dans le soleil.

Antoine
lentement :

Je ne connais rien… qui nous empêche… de le croire.

Manès.

Le but de toute créature est la délivrance du rayon céleste enfermé dans la matière. Il s’en échappe plus facilement par les parfums, les épices, l’arome du vin cuit, les choses légères qui ressemblent à des pensées. Mais les actes de la vie l’y retiennent. Le meurtrier renaîtra dans le corps d’un celèphe, celui qui tue un animal deviendra cet animal ; si tu plantes une vigne, tu seras lié dans ses rameaux. La nourriture en absorbe. Donc, privez-vous ! jeûnez !

Hilarion.

Ils sont tempérants, comme tu vois !

Manès.

Il y en a beaucoup dans les viandes, moins dans les herbes. D’ailleurs les purs, grâce à leurs mérites, dépouillent les végétaux de cette partie lumineuse et elle remonte à son foyer. Les ani-