Page:Guttinguer - Le Pont de Neuilly, 1837.djvu/2

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE PONT DE NEUILLY.


----
Au Roi.
----



J’aime le frais Neuilly, ses îles, son ombrage,
Son vaste pont jeté sur l’élégant feuillage,
Et ses massifs profonds, manteau silencieux
Dont l’asile royal se voile à tous les yeux.
Modestie et grandeur ! ces beaux lieux sont l’emblème
De leur maître puissant : calmes, comme lui-même.