Page:Guttinguer - Le Pont de Neuilly, 1837.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Bonne, riante, simple et bien jolie encor.

Nous causâmes long-temps sur ce ton, et d’accord.
Nos regards attachés sur la belle contrée
Qu’éclairait le rayon d’une calme soirée,
Nous disions les dangers du Roi pendant ce temps
D’émeute furieuse et de ressentimens ;
Ce qu’il avait fallu d’habile et vrai courage,
Pour conduire un vaisseau battu d’un tel orage.

Je ne me lassais pas de cet épanchement,
De la fécondité d’un si sain jugement,
De cet instinct des bons, race laborieuse,
De son pain quotidien reconnaissante, heureuse ;
Servant qui la protège et garde son foyer ;
Honorant la grandeur par un mot familier ;
Rendant au Roi qui passe un salut, un sourire,
Et qui, pareille à l’Ange, aime, respecte, admire ;
D’une couronne veut parer sa liberté,
Et sent que la misère est dans l’égalité.
Au bon sens de cet humble un ministre eût pu prendre.

« Ah ! que le Roi, monsieur, ne peut-il nous entendre,
» Me dit le paysan, et par hasard savoir
» Qu’il a si près de lui des cœurs en son pouvoir !