Page:Guy de Maupassant - Notre Cœur.djvu/269

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


soin de mes effets, linge et habits, et à faire ma chambre.

— C’est entendu, monsieur.

— Quand viendrez-vous ?

— Demain, si vous voulez. Après ce qui s’est passé ici, j’irai trouver le maire, et je m’en irai de force.

Mariolle tira deux louis de sa poche, et, les lui donnant :

— Voilà votre denier à Dieu.

Une joie éclaira son visage, et elle lui dit d’un ton décidé :

— Je serai chez vous demain, avant midi, monsieur.