Page:Guy de Maupassant - Une vie.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Elle insistait : « C’est entendu, Barville vaut, au bas mot, vingt mille francs ; mais on placera le bien sur la tête de l’enfant ; les parents en auront la jouissance pendant leur vie. »

Et le curé se leva, serra la main de petite mère : « Ne vous dérangez point, madame la baronne, ne vous dérangez point ; je sais ce que vaut un pas. »

Comme il sortait, il rencontra tante Lison qui venait voir sa malade. Elle ne s’aperçut de rien ; on ne lui dit rien ; et elle ne sut rien, comme toujours.