Page:Héricourt - La Femme affranchie.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 29 —

IX

Et maintenant, lecteurs, résumons ce chapitre.

Les notions de Droit et de Devoir, qui sont inséparables, ne peuvent être conçues que par l’être humain.

Le Droit fondamental, pour chacun de nous, est la prétention légitime que nous avons à nous développer, à exercer nos facultés et à posséder les choses au moyen desquelles et sur lesquelles elles agissent.

Le Devoir fondamental, corrélatif au Droit, est l’emploi de nos facultés et de leurs excitants en vue, et dans le sens de la destinée.

Toute destinée est donnée par l’ensemble des facultés : d’après ce principe, celle de notre espèce est de fonder une société basée sur la Justice et la Bonté ; de satisfaire à tous nos besoins par la création de la science, de l’industrie, de l’art ; de nous harmoniser individuellement et collectivement, et d’harmoniser progressivement notre globe à mesure que nous mettons l’ordre en nous.

Le Droit, pour chacun de nous, comprend non seulement la vie matérielle, la liberté de nos mouvements, notre sécurité, mais le développement de notre Raison, de notre intelligence, de notre moralité, de notre amour, de nos facultés productrices, de notre autonomie.

Notre Devoir est d’employer toutes nos facultés à la réalisation de notre tâche particulière, tâche qui nous est dévolue par

nos attractions, qui est précisée et dirigée par la Raison, rendue

T. II.
3