Page:Héricourt - La Femme affranchie.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
– 55 –

pratiquer avec succès la Médecine, qu’en sentant ceux que l’on traite : la science n’est rien sans cette communion : il faut aimer ses semblables pour pouvoir les guérir, parce que les ressources thérapeutiques varient selon l’état individuel des sujets. Donc, de même que l’amour seul ne peut suffire, la science seule ne suffit pas, puisqu’il faut, pour guérir, que, dans sa généralité, elle s’individualise ; ce qui ne peut se faire que par l’intuition, fille de la bienveillance et de la délicatesse nerveuse.

Mais laissons ce sujet qui nous conduirait trop loin, et redisons que la femme cultivée, laissée libre dans la manifestation de son génie, est destinée à transformer la Médecine comme toute chose, en y mettant son propre cachet.

Maintenant résumons-nous. Madame. Nous venons de voir que notre sexe ne peut, qu’exceptionnellement, trouver dans l’emploi de son activité les moyens de suffire à ses besoins, c’est à dire les moyens de rester moral. Que, traité comme serf, on lui interdit non seulement plusieurs carrières, mais encore que, lorsqu’il se rencontre en concurrence avec l’autre, il est généralement moins bien rétribué que ce dernier. De telle sorte que la femme, réputée plus faible, est obligée de travailler plus fort, pour ne pas gagner davantage.

Que pensez-vous de notre raison et de notre équité ?


III
CHASTETÉ DE LA FEMME.


L’AUTEUR. Notre idéal du Droit étant la Liberté dans l’Égalité suppose l’unité de loi Morale et une égale protection pour tous.