Page:Héricourt - La Femme affranchie.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
– 61 –

mœurs et la loi donnent à l’homme le droit de seigneur ? Si, d’autre part, nous sommes obligées de vivre des passions de l’homme, parce que nous ne pouvons nous suffire par notre travail ? Si enfin notre activité inquiète ne trouve pas d’emploi, parce que l’homme, s’emparant de tout, nous condamne à la misère et au désœuvrement P

L’AUTEUR. C’est pour sortir de cette situation que vous devez réclamer énergiquement et constamment vos droits ; vous emparer résolûment, quand cela se peut, des situations contestées ; avoir une initiative, au lieu de songer, comme vous le faites, à vous parer et à exploiter l’homme.

Croyez-vous donc que ceux qui ont conquis leurs Droits, l’ont fait par la paresse, la futilité, le vice ? Non certes ; mais par le travail, la constance, le courage ; en comptant sur eux et non sur les autres^.


IV
DROIT POLITIQUE.


L’AUTEUR. Nous avons établi que le Droit étant absolument égal pour les deux sexes, le Droit politique appartient en principe à la femme, comme tout autre Droit.

Or vous savez, Madame, que si vous contribuez comme l’homme aux charges publiques ;

Que si vous êtes de moitié dans la reproduction et la conservation des citoyens ;