Page:Haag - Le Livre d’un inconnu, 1879.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIII

Dis-moi par quel touchant et singulier caprice,
Ma bien-aimée, après l’ineffable délice
De cette course errante à travers tout Paris
Où nous heurtions distraits les passants ahuris,
Vers le soir, nous trouvant au parvis d’une église
Dont le soleil dorait la pierre austère et grise,
Avec moi tu voulus entrer dans le saint lieu,
Et tu quittas mon bras pour aller prier Dieu.