Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



III


Ô vous ! dont le resplendissant visage donne à la lune tout l’éclat dont elle brille dans le ciel ! au puits[1] creusé sur votre menton est puisée la plus belle eau des perles de beauté.


Brûlant du désir de se joindre à vous, mon âme est déjà sur mes lèvres[2] : doit-elle retourner sur ses pas ? doit-elle s’envoler vers vous ? dites, quels sont vos ordres ?

  1. Fossette, voir plus loin.
  2. Expression qui se rencontre souvent chez les poètes persans et qui veut dire : je meurs d’amour.