Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 31 —


Hier, sur le soir, entre les roses et le vin le rossignol chantait joyeusement : apportez la coupe. Oh ! vous tous qui êtes pris de vin, salut sur vous.


Ce n’est pas de plein gré que Hafiz a endossé ce froc souillé de vin. Ô vous, cheikh plein de pudeur, sachez-le et excusez-moi[1].


  1. Avant ce vers un manuscrit porte celui-ci : Ces vers persans chantés par le chanteur et par de joyeux convives, mettraient en branle les vieux les plus dévots.