Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 30 —


Cet amer[1] qu’on qualifie de mère de tous les vices est pour nous plus appétissant, plus doux qu’un baiser sur la joue d’une vierge.


Ne fais point le revêche, car, tu le sais, notre puissante amie pourrait en retour, allumée par le feu de la revanche, te consumer comme une résine[2], le caillou le plus dur étant entre ses mains mou comme de la cire.


Dans ta détresse efforce-toi de te divertir : aie recours à l’ivresse, car cette alchimie de l’être réduit même un Karoun[3] à la mendicité.

  1. Le vin.
  2. Le texte porte « chandelle ».
  3. Karoun, Corée, cousin de Moïse célèbre par ses immenses richesses : Corée et Djemchid sont les termes de comparaison les plus fréquents pour indiquer un homme possédant tous les trésors de ce monde.