Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 37 —


Ô Hafiz, bois du vin, sois insouciant, sois joyeux, mais ne fais pas, comme les autres, du Koran un objet de ruse et d’hypocrisie[1].


    ment bariolé. » Hafiz dit aussi : « Mon corps est un rideau pour mon âme. Il serait bon que j’éloigne de moi ce rideau. Cette cage est mauvaise pour moi dont la voix est mélodieuse, je veux partir pour les jardins célestes, puisque je suis un oiseau des bosquets du Paradis. »

  1. Allusion aux hypocrites qui cachent leurs déportements sous le voile de la religion. On peut penser aussi qu’il s’agisse ici des Sunnites qui, combattant les Persans, imaginèrent de mettre le Koran au haut d’un étendard et marchèrent ainsi à l’ennemi. Les Chiites n’osèrent tirer sur le livre sacré et furent vaincus.