Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 36 —

faire avec ta chevelure, car tu mets en désordre tes boucles qui embaument le musc[1].


Oh ! ma lune de Chanaan[2], le trône d’Égypte est désormais ta propriété, le temps est donc venu pour toi de dire adieu à la prison[3].

  1. Quelques manuscrits donnent ici ce vers : « Le royaume de la liberté et la résignation sont un trésor qu’aucun sultan ne pourrait acquérir par la force de son sabre. »
  2. Joseph.
  3. Ô âme du royaume d’Égypte, c’est-à-dire du royaume des cieux ou bien encore du royaume où l’on a abandonné tout désir du monde. Ce royaume t’a appartenu, maintenant il est temps que tu sortes de cette vie corporelle. Dans les hadis il est dit : « Ce bas monde est la prison pour les croyants et le Paradis pour les infidèles. » C’est pour cette raison que le marcheur dans la voie spirituelle désire se débarrasser des liens du corps. Djellal-ed-Din a dit : « Si la mort est un homme, dites-lui de venir chez moi — pour que je l’embrasse étroitement. Je prendrai d’elle une âme immortelle, — elle prendra de moi un vieux vête-