Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 42 —


    empreints les vers du poète, aussi bien qu’à cette recherche continue de la Divinité qu’il conseille à ses lecteurs, qu’y a-t-il d’étonnant à ce qu’elle fasse partager son allégresse aux sectateurs de toutes les religions qui, sous une autre étiquette que l’Islam, ont, eux aussi, tendu toutes les forces vives de leur âme vers le but que poursuivent les Soufis ?