Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XIII


L’aurore commence à poindre, les nues se rassemblent comme des troupeaux de moutons. Oh ! amis, du vin ! du vin ![1].

Les gouttes de rosée perlent sur les tulipes, ô amis ! du vin du matin ! du vin !

  1. Particulièrement le vin du matin, il est recommandé, en effet, en Perse, de boire une ou deux coupes de vin le matin ; au réveil après une nuit d’orgie. Ils se débarrassent ainsi, disent-ils, du mal de tête qui suit les excès ; le vent du matin jouit aussi, paraît-il, de propriétés thérapeutiques du même genre.