Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il était lancé, maintenant, rien ne l’arrêterait.

— Tandis que les Orientaux inventaient des prisons pour y enfermer leurs épouses, les frères d’Occident, moins brutaux et mieux avisés, inventaient la vertu : rien de plus, et c’est là leur trouvaille. La femme en devait être flattée, et le fut. Les premiers domptaient physiquement, les seconds moralement ; nous emmurions les âmes au lieu de casemater les corps. La prison portée en soi-même, invention sublime !

« Ceux-là obtinrent des créatures monogames par nécessité, mais qui, dans l’ennui du sérail, se livrent aux derniers outrages sur la personne de leurs eunuques ; pendant ce temps, nos prêtres, nos poètes, nos lois nous dressaient en liberté une compagne convaincue qu’elle doit se réserver à l’amour d’un seul homme et que là est tout son honneur. Durant tant de siècles notre égoïsme sournois a chanté cette romance, qu’il s’est fait en nos femmes une seconde nature, une sorte d’atavisme de vertu : si bien qu’elles en sont venues à s’attacher délicieusement à leur chaîne, à la regarder comme leur bien propre, leur privilège, leur gloire, leur supériorité sur nous ; elles l’aiment comme une arme, une amulette, qu’elles pensent porter contre nous, pour se défendre de nous, et elles trouvent en elle des consolations, même pour leurs renoncements à l’amour.

— Parfaitement exact.

— Mais il y a les révoltées ! La nature, qui jamais n’abdique complètement ses droits, fait parfois des