Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

tes, toutes défectueuses qu’elles sont, démontrent assez qu’aucun philosophe n’a été plus lu, n’a révélé aux hommes pour leur bonheur de plus importantes vérités. J’en appelle à la jeunesse sans préjugés, qui aime à s’instruire, et pour laquelle seule Hélvétius écrivoit.


LA ROCHE.


À Auteuil, ce 12 ventose,
l’an 3e de la République.