Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qu’au lieu d’hypocrites et de petits importants, les Anglais n’ont que des philosophes qui nous instruisent, et des marins qui nous donnent sur les oreilles. Il invite surtout ses compatriotes à imiter les Anglais dans leur noble liberté de penser, et leur profond mépris pour les, fadaises de l’école. Il assure que depuis long-temps il n’a pas vu un seul honnête homme qui, sur les choses essentielles, ne pensât comme Helvétius.

Tant de suffrages illustres, les éditions du livre de l’Esprit qui se succédoient rapidement, son succès chez toutes les nations, le témoignage que l’auteur pouvoit se rendre d’avoir fait un livre utile au genre