Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sortit qu’après avoir payé l’amende. Helvétius, informé de cette aventure, va trouver le paysan, mais en secret, dans la crainte d’essuyer les reproches de Mme Helvétius. Après avoir fait promettre à ce braconnier qu’il ne parleroit pas de ce qui alloit se passer entre eux, il lui paye le prix de son fusil, et lui rend la somme à laquelle l’amende et les frais pouvoient se monter. Mme Helvétius, de son côté, n’étoit pas tranquille : elle disoit à ses enfants : « Je suis la cause que ce pauvre homme est ruiné ; c’est moi qui ai excité votre père à faire punir les braconniers ». Elle se fait conduire chez celui qui lui faisoit tant de pitié ; elle demande à quoi se monte, la