Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qualités des hommes, celle qu’il estime le plus est cette élévation d’ame qui se refusé au mensonge. Il sait combien il est utile de tout penser et de tout dire ; et que les erreurs mêmes cessent d’être dangereuses lorsqu’il est permis de les contredire. Alors elles sont bientôt reconnues pour erreurs ; elles se déposent bientôt d’elles-mêmes dans les abymes de l’oubli ; et les vérités seules surnagent sur la vaste étendue des siècles.