Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

homme ne fut pas suivi ; mais, de retour à Paris, Helvétius appuya si bien les plaintes des Bourdelais, qu’il obtint la suppression de l’impôt.

Cependant il réprimait l’avidité des subalternes, il indiquoit les moyens d’en diminuer le nombre, il proposait de donner plus de valeur aux terres du domaine ; et c’est ainsi qu’il se rendoit utile à-la-fois à la ferme et à la nation. Ces services ne l’empêchoient pas d’éprouver quelquefois des dégoûts. Il avoit affaire à de petits esprits, et il leur proposait de grandes vues ; à des hommes endurcis par l’âge et par la finance, et il leur parloit d’humanité. Les malheureux qu’il soulageoit, le commerce des gens de