Page:Henri IV - Lettres Missives - Tome1.djvu/535

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ANNÉE 1583.




1583. — 10 janvier.

Orig. — Arch. du canton de Genève. Copie transmise par M. Rigaud, premier syndic, et par M. L. Sordet, archiviste.


À MESSIEURS DES LIGUES.

Messieurs, Ayant sceu qu’une si notable et honorable compagnye de vous tous, messieurs des Ligues et Cantons et associés, estoit assemblée pour ung si bon œuvre et utile au bien et repos de la Chrestienté, comme est de composer et pacifier le different advenu entre monsieur mon cousin, le duc de Savoye, et la seigneurie de Geneve, je n’ay voulu laisser perdre ceste occasion pour l’honneur et la particuliere affection que je porte à vostre nation, de plus en plus confirmée et estreinte par le lien et conformité de religion), de vous saluer par mes lettres, tant pour me ramentevoir en vostre amitié et bonne souvenance, en laquelle je desire estre perpetuellement continué, que aussy pour vous prier, encores que je sois conjoinct de parentage, et bonne et entiere amitié avec mon dict cousin, d’avoir le faict de la dicte seigneurie de Geneve pour recommandé, selon que vous cognoistrez que leur merite, le zele qu’ils ont faict paroistre avoir à l’advancement de la vraye religiong, le fruict et utilité que toute la chrestienté en a recueilly, leur labeur et les maulx, frais et despenses qu’ils ont souffert, le requerront. Je me contenteray de ce mot, sans m’estendre davantage en ce propos, d’aultant que vous avez entre toutes les nations te1le reputation d’integrité, qu’il n’est besoing de vous recommander beaucoup ce qui se recommande soy mesmes. Seulement vous prieray de vouloir faire tousjours entier estat de moy et de ce qui en deppendra, comme de celuy qui vous est trez affectionné. Sur ce, prieray