Page:Henri IV - Lettres Missives - Tome3.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1.lÃL ‘ LETTRES. MISSIVES h maistres, lesquels luy auroient envoyé bon nombre de marchandizes. Aussy en auroit-il envoyé deçà, qui ont esté deschargées en nos villes de Caen et Havre de Grace ; etdlautant que iceulx marchands de- sirent que le dict Moucheron, leur facteur, vienne devers eulx, pour leur rendre compte et raison de la charge, maniement et administra- tion qu’il a eue, depuis le dict temps, ez contrées de vostre obeissance, de leurs biens et marchandizes, comme pareillement ils desirent que ...... leur serviteur, qui est à present au dict Mosco, revienne de deçà, chose que, de nostre part, nous aurons trés agreable ; neant- moins, attendu que vous, ou les gens de vostre conseil, avés faict con- I traindre le ; dict Moucheron de bastir maison envos ~contré`es, avecq deffenses trés expresses d’en sortir sans vostre congé, .ils nous ont trés humblement supplié et requis vous en escrire en leur faveur : ce que ' vollontiers nous leur avons. octroyé, pour fasseurance que nous avons de vous, selon les lettres que avés cy-devant données à toute bonne correspondance de fraternelle amitié entre nous, et le libreaccez, traflicq et commerce des subjects de part et d’autre—, sans aulcun empeschement : ce que desirons maintenir et conserver autant qu’il nous sera possible. A ces causes, nous vous prions autant et sy affec- . tueusement que faire pouvons, que, pour l'amour de nous, vous per- mettiés au dict Moucheron et au dict ..... de partir du dict lieu et `contrées de vostre obeyssance, pour revenir de deçà rendre ceste . raison leurssusdicts maistresg, de la négociation et maniement qu’ils ont eus par delà, et à cette fin commander leur en estre expedié tout passeport et saufconduict necessaire ; vous asseurant que nous serons tousjoms bien ayses de faire le semblable envers vos dicts subjects, lorsqu’ils voudront venir trafliquer sur nos terres, selon que vostre " bonne amitié et intelligence le requiert. Sur ce, nous prions Dieu, trés hault, trés excellent et trés puissant Prince, qu'il vous ayt en sa saincte et digne garde. ` ‘ . HENRY.