Page:Henry - Le Père Lachaise historique, monumental et biographique.djvu/107

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de capituler, et reçut de l’empereur le gouvernement des provinces illyriennes. Il se tua en sautant par une fenêtre dans un accès de fièvre chaude. Ami des beaux-arts, il affecta tout ce qu’il possédait en peintures, et mourut pauvre. Son cœur repose au Panthéon.

A quatre pas du monument de Junot, on voit celui de la jeune comtesse de Turenne :

Objet d’éternelles louanges,
Objet d’éternelles douleurs,
Elle apparut comme les anges,
Elle passa comme les fleurs,

dit son épitaphe, à laquelle il serait téméraire d’ajouter quelque chose. Nous descendons d’ici dans le sentier de Junot par les degrés de pierre qui se trouvent en face du sarcophage de la comtesse de Turenne et à côté de la sépulture Muller et Soehnnée (310) ; nous prenons ensuite à gauche le sentier de Junot, au bas duquel nous trouvons, à droite, le monument en marbre de DÉSAUGIERS (295).

Chansonnier plein de verve et d’originalité Désaugiers passait sans transition d’une chanson comique à un chant funèbre. Il a aussi enrichi le répertoire du Vaudeville d’une foule de pièces, dont quelques-unes sont toujours vues avec plaisir.

D’ici, nous descendons le sentier Désaugiers, sur la gauche duquel nous voyons, après quelques pas, le tombeau surmonté d’un buste de Mlle RAUCOURT (240).

Sophie RAUCOURT, célèbre actrice du Théâtre-Français, fut incarcérée en 1793, et faillit monter sur l’échafaud pour s’être prononcée avec trop de chaleur contre la révolution. A sa sortie de prison, elle forma une nouvelle troupe avec les débris de l’ancienne ; mais son théâtre, qui était le rendez-vous de ; royalistes, fut fermé par le Direc-