Page:Henry - Le Père Lachaise historique, monumental et biographique.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

pour gagner à droite l’avenue de Mont-Louis, sur laquelle se trouve située la maison des gardiens (anciennement l’Orangerie des Jésuites). En montant cette avenue, nous laissons d’abord, à droite, le monument en marbre blanc de la famille Delondre (68).

Quelques pas plus loin nous voyons, à gauche, une modeste tombe ornée de quatre cyprès. Là repose une jeune artiste : Eulalie de Malherbe, peintre d’histoire, qui mourut à dix-huit ans, au moment où la renommée couronnait ses premiers travaux. On a gravé les vers suivants sur sa tombe :

Sur notre terre, hélas ! tu n’as fait que paraître ;
D’un génie en sa fleur la mort a triomphé ;
Quand pour orner ton front le laurier voulait naître.
Tes noirs cyprès l’ont étouffé.

Un peu plus haut nous trouvons, du même côté, après quelques marches, le tombeau d’Antoine BEAUVISAGE, grand citoyen et ami des ouvriers, qui fut tué par la chute d’une diligence en 1836 (40).

Vis-à-vis du tombeau de Beauvisage, et à quelques pas de l’avenue, on voit le monument en marbre noir de l’amiral comte DE VAUGIRAUD, grand-croix de Saint-Louis et gouverneur de la Martinique sous la Restauration (69).

En continuant, nous trouvons à gauche, derrière une sépulture de famille, le monument de l’acteur POTIER (42). Ce monument se compose d’une