Page:Henry - Le Père Lachaise historique, monumental et biographique.djvu/63

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

beaucoup aimé, et fut nommé pair de France par Louis XVIII. Il ne servit pas pendant les Cent-Jours, et fut fait ministre de la guerre après Waterloo ; grand organisateur et auteur d’importants travaux historiques sur les guerres de l’empire.

À quelques pas du monument de Gouvion Saint-Cyr, nous voyons la sépulture du maréchal MACDONALD, duc de Tarente (n° 285).

MACDONALD était un gentilhomme de sang irlandais, dont les ancêtres avaient suivi Jacques II en France. La loyauté coulait dans ses veines ; aussi il se montra le plus fidèle quoique le plus indépendant des lieutenants de Napoléon. Ce qui le distingua surtout dans ses commandements, fut un désintéressement d’autant plus remarquable qu’il était fort rare. Napoléon, qui l’apprécia au dernier moment, lui fit présent à Fontainebleau du sabre de Mourad-Bey.

Dans la chapelle Otto et Pelet, que nous rencontrons ensuite, se trouvent les restes du comte PELET DE LA LOZÈRE et du général MEYNADIER.

Jean PELET (de la Lozère) joua un rôle assez modéré à la Convention, dont il devint président en 1795. Il fut élu ensuite au conseil des Cinq-Cents par soixante et onze départements, présida aussi ce dernier corps, devint ministre de la police pendant les Cent-Jours, et siégea comme député libéral dans les assemblées de la Restauration.

En continuant nous trouvons la chapelle FROCHOT, dont les côtés sont ornés de bas-reliefs allégoriques (286).

FROCHOT, ami et exécuteur testamentaire de Mirabeau, embrassa d’abord avec ardeur les principes de la révolution, et louvoya entre les partis jusqu’en 1799. Il jeta alors sa défroque républicaine, et devint comte et conseiller d’état. Préfet de la Seine en 1812, il se laissa prendre à la conspiration du généra Malet, crut l’empereur mort, comme on le lui disait, perdit la tête, et signa tout ce qu’on voulut. Napoléon à son retour de Moscou le déclara publiquement un magistrat pusillanime, et le destitua.