Page:Henry - Le Père Lachaise historique, monumental et biographique.djvu/87

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

blique, dont il contribua à faire prononcer la déchéance en 1814. Odieux aux Bourbons comme régicide, il s’enveloppa, sous la Restauration, de son obscurité comme d’un vêtement historique qui sied aux vaincus et qu’on ne dépouille que pour revêtir le linceul.

Près de la tombe de Barras on voit le sarcophage du général BRAYER, pair de France, et l’un des légataires de l’empereur.

Le général BRAYER commandait à Lyon lors du retour de Napoléon, et au lieu de le combattre il prit le commandement de son avant-garde. Compris en 1815 sur la même liste que Ney et Labédoyère, il se sauva eu Prusse, où il apprit sa condamnation à mort, et passa de là en Amérique, où il devînt général en chef des troupes de Buenos-Ayres. Ayant été amnistié, il vint chercher un tombeau dans sa patrie.

Devant le monument du général Brayer on voit la sépulture du maréchal MORTIER, duc de Trévise (344). La duchesse de Trévise repose dans cette chapelle à côté du cœur de son mari. Le corps du maréchal a été enterré aux Invalides.

À gauche de la sépulture Mortier se trouvent placés sur une même ligne :

Le conventionnel GOSSUIN, Joseph GOSSUIN, député à l’Assemblée constituante, et le général HAXO.

Le général HAXO, ancien aide-de-camp de l’empereur, fut nommé à la seconde Restauration membre du conseil de guerre, chargé de juger le général Lefebvre-Desnouettes, son ancien ami et compagnon d’armes, et il opina pour la mort. Le général Haxo cependant était brave ; mais le courage de certains hommes est bien plus dans leur bras que dans leur cœur, et souvent les événements qu’ils ont combattus la veille n’ont pas de plus fervens défenseurs le lendemain.

Entre le monument du général Haxo et la chapelle Mortier on voit le petit sarcophage en marbre