Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/124

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
88
DANVEZ-DARÉDEN

doux », par suite « mouton », lequel est identique au ppe gr. δαματός (damatos), cf. lat. domitus. V. la rac. sous don.

Daṅvez, s. m., matière, moyen, mbr. daffnez, cymr. defnydd, vir. damnae id. : soit un celt. *dam-nyo-, de rac. DEMÀ « bâtir », dont les nombreux dérivés sont sk. dam-à « maison », gr. δέμ-ω (dem-ô) « je bâtis » et δόμ-ο-ς (dom-o-s) « maison », lat. dom-u-s, vsl. dom-û, got. tirn-r-jan « charpenter », ag. timber « bois de charpente », al. zimmer « chambre ».

Daou m., diou f.[1], deux, corn. dou (dia), cymr. dau (dwy) t vbr. don (dui), vir. dâ(di), etc. ; cf. sk. dcau> gr. δύω (duô) δύο (duo), lat. duo, got. twái (ag. two, al. zwei), lit. du, vsl. dŭva, etc., etc.

Daougan, s. m., mari trompé : exactement « deux chants, deux notes », euphémisme pour désigner le coucou[2]. V. sons daou et / kân.

Daouc’hement, adj., double : exactement « deux autant » (kémeni).

Daoulina, vb., s’agenouiller. V. sous daou et glîn.

Daoust (interrogation indirecte), à savoir[3] : exactement « à toi de savoir » ; le premier terme est 3 da le second est un infinitif (supin) i.-e. *widtu-m, rac. WID. V. sous ac’houéz etgouzout.

Dar, s. f., dalle, évier. Empr. fr. dalle altéré sous l’influence de darn.

Dar-, préf. verbal : composé des préfixes *da- et ar-. Cf. plusieurs des mots suivants.

Darbarer, s. m., aide-maçon : abstrait de darbari, cymr. darparuu préparer ». Empr. lat. parâre précédé du préf. dar-. V. ce motet cf. daffarer.

Darbôd, s. m., tesson : pour darn-pôd. V. ces mots.

Darbout, vb., faillir, être sur le point de, cf. cymr. darbod « préparer » : préf. dar- et bout. V. ce mot et cf. daroézout.

1 Daré, adj., variante de darev. V. ce mot.

2 Daré, s. m., variante de daéré. V. ce mot.

Dared, s. m., javelot. Empr. fr. dard (dard-er). Cf. darz.

Daréden, s. f., éclair de chaleur : dér. du précédent[4].

  1. Métathèse, ainsi qu’en corn., pour *doui (cf. piou), qui répond au fm. conservé en sk. (dcé) et en lat. (duae).
  2. Pour la formation, cf. peder-lagad (surnom d’un homme qui porte des lunettes) « quatre-yeux ». — Ern.
  3. Le sens « nonobstant » s’en déduit naturellement : daoust d’ami aoel « à savoir pour le vent > par rapport au vent > malgré le vent ».
  4. Au moins au sens d’ « étoile filante » (Le Gon.).