Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/189

La bibliothèque libre.
Cette page n’a pas encore été corrigée
153
GWESKEN-GWÎK


Gwesken, s. f., mors : soit « qui scie en dessous » ou « légèrement » [la bouche du cheval]. V. sous *gw- et heskenn. — Conj.

Gwesklé, s. f., grenouille. V. sous glesker. — Étym. inc.

Gwespéden, s. f., guêpe : formation fort complexe, singulatif en -en d’un pl. en -et tiré d’un sg. *gwesp. Empr. lat. vespa.

Gwestad, adv., variante de goustad. V. ce mot.

Gwéstl, s. m., gage, mbr. goestl, corn. guistel « otage » et gustl-e « promettre », cymr. gwystl, « gage, otage », vir. giall, ir. et gael. giall id., gaul. *geÎstlos dans Cogestlus n. pr. : d’un celt. *geis-tlo-, dont larac. n’est pas connue, mais qui se retrouve dans tout le germanique (vhal. gïsal > al. geisel), empr. probable de celui-ci au celtique.

Gwév, s. m., variante de gwé, à cause du pl. gwéou prononcé aussi gwévou.

Gwévi, vb., variante dénasalisée de gwénvi. V. ce mot. Toutefois le cymr. gwyw « fané » impliquerait que les deux formes sont primitivement distinctes ou que la nasale de gwénwi est épenthétique.

Gwéz, adj., sauvage, mbr. guez ou goez, corn. guit, cymr. gwydd, vir. fiad « gibier » e%fiad-ach « chasse », ir. et gael. fladh « gibier » : d’un celt. *weid-o-, que reproduit identiquement le germanique (al. weid-e « terrain de chasse > pâturage ») et qui sans doute se rattache à la même rac. que le suivant.

Gwézen, s. f., arbre, mbr. guez-enn (singul. de guez), corn. guid-en, cymr. guid > gwydd etgwydd-en, vif.Jid, ir. et gael.fiodh, gaul. *o*’da-sdans vidubium (cf. gouzijiad), Vidu-casses « Vieux » et autres n. pr. : d’un celt. *wid-u- « bois », qui ne se retrouve qu’en germanique, notamment ags. wud-u > ag. voood, vhal. wit-u. Cf. le précédent.

Gwézout, vb., variante de gouzout. V. ce mot.

Gwiaden, s. f., pièce de toile, corn. guiat : dér. de gwéa. V. ce mot.

Gwialen, s. f., verge, gaule, cymr. gwialen id. : contamination de gwalen et d’une dérivation de gwéa « fléchir ». V. ces mots.

Gwiber, s. m., écureuil (aussi gwinver V.), mbr. guinfher, cymr. gwiwer, ir.feor-àg, gael. febr-ag id. : ne se retrouve qu’en baltique (lit. voverè) et en lat. (viverra « furet »). Cf. Ernault, Mém. Soc. Ling., XI, p. 103.

Gwiblen, s. f., girouette. — Empr. certain, provenance inc.[1].

Gwîk, s. f., bourg, corn. gwic, cymr. gwig. Empr. lat. vîcus.

  1. On peut songer à fr. gulore (motif décoratif), fr. guibre « charpente d’avant du navire », et surtout lat. oibr-dre. Aucun de ces rapprochements n’est sùr,tant s’en faut. Cf. aussi guoijl.