Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/191

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
155
GWINTÀ-GWÎZ

signifier étymologiquement « beau grain », mais la provenance du second terme est obscure ; pour le premier, cf. Gwéned.

Gwiṅta, vb., lever, s’élever. Empr. fr. guinder[1].

Gwiṅval, vb., bouger : variante de fiṅval. V. ce mot[2].

Gwiou, adj., gai, mbr. guyou, corn. gwyw, cymr. gwiw, « digne, capable, bon », etc., vbr. uuiu ( ?), ir. fia, gael.^îà, gaul. *visu-s dans Visu-rix n. pr. « bon roi » : soit un celt. *wis-u- « bon », cf. gr. *ϝισ-ϝο-ς (*wis-wo-s) ἴσσος (issos) ἴσος (isos) « égal », cf. sk. vâsu et zd vohu, etc. — Rapprochements inconciliables[3].

Gwipad (C.), s. m., petit-lait, mbr. guypat, cf. cymr. chwig et ags. hwaeg (ae long) ag. whey id. Empr. ags. ?[4]

Gwîr, adj., vrai, cymr. gwir, vbr. guir, vir.//r, ir. fior, gael. yior, gaul. *co-céro-s « fidèle » dans Dumno-covëros n. pr. : d’un celt. *wër-o- « vrai » (rac. douteuse), lat. vërus, got. tuz-wër-jan « douter » et al. wahr « vrai », vsl. vèra « foi », etc.

Gwiri, vb., chauffer, ppe goret. V. sous 1 gôr et gwiridik.

Gwiridik, adj., sensible, douillet : dér. de gôri gwiri, « former abcès » et par suite « devenir douloureux ». V. sous 2 gôr et gwiri.

Gwisk, s. m., vêtement, corn. guisc, cymr. gtoisg (et gwisg-o « vêtir ») : d’un celt. *wës-ki-, presque identique à lat. ves-tis, tous deux dér. de rac. WES, sk. vàs-te « il se vêt » et vâs-tra « vêtement », gr. *ϝές-νῡ-μι (*wes-nu-mi) ἕννῡμι (hennûmi) « je revêts » et ἐσ-θής (es-thês) « habit », got. was-jan et was-ti id., etc.

Gwispér (V.), s. m., variante altérée[5] de mespér.

Gwitibunan, tous tant qu’ils sont, corn. cetep-onon id. : semble profondément altéré pour une locution ket-heb-unan, soit « ensemble y compris un ». V. ces trois mots et observer le sens archaïque de hép.

Gwitod (V.), s. m., petit-lait. V. sous gwipad.

Gwivoud, s. m., chèvrefeuille : variante usuelle de gwéz-voud, mbr. guezuout, cymr. gwydd-fid id. ; le mot paraît signifier « buisson sauvage ». V. sous gwèz et bôd, et cf. bézvoud.

Gwîz, s. f., truie (aussi gwèz, pl. gwizi), mbr. gués, corn. guis, vir. feis id. : d’un celt. *wessi- « âgé d’un an », cf. sk. vat-sà et lat. vit-ulu-s « veau »,

  1. Cf. le terme technique gwindask s. m., « levier, cric, cabestan », où le d régulier s’est conservé.
  2. Même rac., avec chute ancienne de l’s initial.
  3. Observer toutefois que le corrélatif phonétique exact d’un i.-e. *wiswo- est le cymr. gwych, qui sémantiquement répond bien au br. gwiou.
  4. Mais la dernière syllabe reste eu tous cas inexplicable. Cf. gwitod.
  5. Par étymologie populaire « poire sauvage » (gwéz-pér).